mercredi 31 juillet 2013

LE SUCCUBE


À chaque fois que je ferme les yeux le soir
Je rêve qu'il vienne le succube à la peau
Si douce et fripée sorti de son caveau
Oui c'est vrai j'ai été séduit par ses yeux noirs

N'inspirant aux autres que peur et désespoir
Lorsque s'unissent nos bouches loin du tombeau
Dans lequel il passe ses jours mon doux cerveau
Entre en ébullition et mes sens sans espoir

Se déchaînent et me poussent vers des excès
Immoraux au petit jour mes cheveux défaits
Et mes quelques cernes trahissent la nuit folle

Passée entre ses bras je veux le retenir
Mais le démon femelle esquisse un beau sourire
Semblant soudain penser adieu pauvre fol

L'INCUBE


Je ne m'éveille pas au point du jour mais bien
Lorsque la Lune se met à briller donnant
À la nuit noire son aspect plus qu'éclatant
Et lugubre lorsqu'ils me voient certains grands chiens

Se mettent à hurler les pieux et bons chrétiens
Ferment à double tour de leurs filles dormant
Les chambres portes et fenêtres calfeutrant
J'erre de-ci de-là cherchant un corps qui mien

Pourrait devenir mes proies sont comme un linceul
Destiné à cueillir les fruits d'un mûr tilleul
Mais ces précautions sont absolument vaines

Car ma volonté et mes désirs sont si forts
Qu'aucun mur ne pourrait leur résister d'abord
Me repaître d'elles puis goûter à leurs veines

LA SECRÉTAIRE



- Je dirige une grosse entreprise, une très grosse entreprise même...

J'emploie donc de nombreuses personnes. La plupart de celles-ci sont soit alcooliques, dépressives, cocaïnomanes ou inverties, voire, dans certains cas des plus intéressants, tout cela en même temps. Je peux vous assurer que gérer cette faune peut vite devenir un enfer ; alors, je délègue, je délègue et je délègue encore, c'est le seul moyen que j'aie trouvé pour cohabiter plus ou moins en paix avec tous ces imbéciles (c'est ainsi que je qualifie et considère tout ce qui ne dépasse pas les 150 de Q.I.) qui me prennent bizarrement pour quelqu'un qui pourrait améliorer leur état de mal-être psychique profond et, à mes yeux, incurable.

Parmi ces êtres insignifiants et risibles, il en est une qui est devenue ma favorite au fil du temps : une secrétaire que j'ai engagée il y a plus de vingt ans, plus par pitié et pour faire plaisir à ses parents, il faut bien l'avouer, que par inclination. Ah, il faut la voir déambuler de service en service pour y donner mes instructions en se prenant pour une gestionnaire de projet ou pour le grand patron... Chaque fois que la boîte obtient un gros contrat, elle semble persuadée et intimement convaincue que c'est grâce à elle qu'il lui a été attribué, ce qui est vraiment très amusant à observer pour ceux qui ont une vision d'ensemble sur ce qu'il en est, vous en conviendrez...
Et si vous voulez la mettre dans votre lit, rien de plus simple : il suffit de lui faire boire quelques coupes de champagne et le tour est joué, tout en sachant, luxe ultime, qu'elle aura tout oublié au petit matin et qu'elle continuera à vous saluer comme si rien ne s'était passé !
Sa vie familiale, vous l'aurez deviné, vaut elle aussi le détour : elle s'est mariée sans trop savoir pourquoi avec un riche entrepreneur, un type par ailleurs très sympa et jovial, qui semble s'être accommodé du caractère particulier de son épouse et de ses extravagances affectives. Lui-même, précisons-le tout de même pour que le tableau soit complet, collectionne les conquêtes depuis sa prime adolescence, qu'elles soient féminines ou masculines, sa position de self-made-man n'ayant fait que renforcer ce penchant vicieux. De leur union sont nés cinq enfants, trois filles et deux garçons, qui, baignés dans le climat familial que vous connaissez désormais, n'ont eu d'autre choix que de prendre exemple sur leurs parents, qu'ils voient du reste assez peu. Ainsi, Caroline, l'aînée, une grande jeune fille un peu simplette (ne dit-on pas que le premier enfant d'un couple n'est en somme qu'un essai ?) qui aime à rappeler non sans fierté et à tout bout de champ qu'on lui donnait de bons points dans l'institut spécialisé vers lequel on l'avait orientée et qu'elle vient d'être nommée responsable du remplissage des agrafeuses du troisième étage du bureau d'avocats dans lequel elle a été par je ne sais quel miracle embauchée. Il ne me semble pas opportun de vous décrire ici le profil des quatre autres, qui sont du même acabit.

Pourquoi ne pas tout simplement engager plus de psychologues, me demanderez-vous ? J'y ai pensé, bien sûr, et je l'ai fait, mais l'essai fut loin d'être concluant : ces personnes ayant été formées à toutes les formes de manipulation et de perversion possibles et imaginables deviennent vite de dangereux adversaires dès qu'ils gravissent les échelons, surtout s'ils se mettent à recevoir de quelconques délégués syndicaux.

Enfin, bref, je dirige une grosse entreprise, une très grosse entreprise même, et je m'ennuie à mourir, docteur... Et je me sens si seul lorsque je rentre chez moi... Et j'ai peur, docteur, j'ai si peur de ce temps qui fuit !

- Voilà, nous y sommes. C'est très bien, continuez...

lundi 29 juillet 2013


Un rêve, aussi insignifiant soit-il, reste un rêve.

MOLLY MALONE


Où donc es-tu douce Molly Malone qui dans
Les rues de Dublin vendais des coquillages
Dans une charrette pour unique étalage
À tous tu souriais de bon cœur et tes dents

D'albâtre affriandaient nombre de jeunes gens
Entraînant même les nobles dans ton sillage
Es-tu cette ombre que la fièvre anthropophage
Emporta une nuit noire vas-tu errant

Dans les venelles de la ville sombre comme
L'espèrent en chantant de nombreux gentilshommes
Riches comme pauvres derrière toi tu

As rassemblés et tu as réussi par là
Ce que bien des puissants ne purent faire La
Lumière c'est toi et tes seins dévêtus
 

dimanche 28 juillet 2013


Le poète n'est pas un pseudo-intellectuel capable d'ergoter sans le moindre plaisir durant trois heures sur un tercet de Virgile ou de qui sais-je d'autre, et qui passe, méprisant, sans un seul regard pour le jardin ou le sourire tendre de sa voisine, et étant, de plus, incapable d'écrire lui-même un simple tercet digne de ce nom.


La poésie est quotidienne.


Tout écrivain devrait se préparer à rencontrer un jour les personnages qu'il a créés.


Nous sommes tous les personnages d'un grand roman, et nous chercherons tous pitoyablement un jour à rencontrer notre créateur.

Le public


Ah, le public, cette notion totalement désincarnée sur laquelle il est impossible de coller un visage quelconque.


Seul est fou celui qui refuse à se montrer tel qu'il est vraiment.

Je suis un miroir...


Je suis un miroir dans lequel viennent se refléter les âmes qui croisent mon chemin.

LE DÉMON DE L'ÉCRITURE


Il est un démon bien plus puissant que tous les
Autres et il porte le nom de l'écriture
Insidieusement il s’immisce dans les
Méandres cérébraux des folles créatures

Qui sans avoir la moindre idée de ce à
Quoi elles s'exposent prennent un grand plaisir
À remplir pages et carnets l'un après l'autre
Mais il est un jour où son enfer devient nôtre

Un enfer pavé de mots et de lourds soupirs
Capables de ronger les intellects les plus
Puissants et sincères de phagocyter les

Cœurs purs et les âmes qui s'abandonnent à
La main qui les guide sur le chemin ardu
De la création ô poète niais

mercredi 24 juillet 2013


C'est notre capacité de détachement par rapport à la mort, que ce soit la nôtre, celle des personnes qui nous sont proches ou totalement inconnues, qui détermine notre degré de sagesse ou d'élévation spirituelle.

dimanche 21 juillet 2013


Les gens qui croient s'y connaître en littérature parce qu'ils ont lu trois Marc Levy me fatiguent au plus haut point.

P.S. : J'aime bien Marc Levy...

DIONYSOS


Au cœur de la vigne Dionysos chantait
Et son chant couvrait le mont Olympe de ses
Notes qui retombaient en volutes brumeuses
Sur les vallées de la terre langoureuse

Aussi joyeux qu'il soit celui-ci pleure ta
Mère Sémélé que tu ne connus que six
Mois mais que des Enfers un jour tu enlevas
De la cuisse de Zeus avec la tragédie

Tu naquis imprégné d'une douce folie
Communicative les bacchantes pour toi
Se mettent à danser et à chanter je crois

Pour la beauté de tes yeux et la comédie
Des amours dépravés se déchaîne en leurs corps
Se nouant comme des fils d'osier couverts d'or

(publié dans le n° 43 des Chemins de Traverse - décembre 2013)

Prise de conscience ?


Si je n'accepte pas ce que je suis
Je ne suis donc pas moi-même


Tout ce qui a vécu un jour vivra toujours.

jeudi 18 juillet 2013


Il est un moment, dans la vie, où il faut être capable de se rendre compte que les problèmes que nous rencontrons viennent non pas des autres mais de nous-même.


Pourquoi donc les âmes ont-elles cette fâcheuse tendance à s'identifier aux corps qu'elles habitent ?

mercredi 17 juillet 2013

APOLLON


Nu à l'ombre d'un chêne Apollon caressait
Sa lyre lorsque la muse Calliope lui
Présenta un enfant voici mon fils dit-elle
Il s'appelle Orphée je voudrais que tu lui

Enseignes tout ce que tu sais la poésie
Et la musique étant donné qu'il est ton fils
Des mots je n'ai rien à lui apprendre tu sais
Mon caractère et tu connais ma frénésie

Je ne serai jamais bon maître mais si tel
Est ton désir voici le plus bel instrument
Qui sur la surface de la Terre ne puisse

Se rencontrer laisse-le avec lui jouer
Autant qu'il lui plaira ainsi son jugement
Se fortifiera et pourra me louer

vendredi 12 juillet 2013

LA SALAMANDRE


La salamandre qui orne mon omoplate
Est le symbole de l'immortalité qui
Réside au cœur du feu sacré de tout ce qui
A vécu un jour et par là vivra toujours

Comme le Phénix qui peut renaître de ses
Cendres elle a dans son sang froid et écarlate
Quelque chose qui lui permet de voir le jour
Au plus profond de la nuit en revenant des

Ténèbres sombres et denses comme un brouillard
De printemps je la vois parfois danser dans un
Rêve ou l'autre en n'étant pas sûr que c'en est un

Oh oui maintenant qu'il se fait pour le moins tard
Que le grand rideau noir commence à se baisser
Devant mes yeux gris je ne veux que l'embrasser

mercredi 10 juillet 2013


Le plus grand des écrivains est celui qui s'ignore.


La plus grande force de la poésie est qu'elle se trouve bien au-delà même de l'instant présent, dans une sorte de monde ou d'univers qui serait vraiment hors du temps.

Vers, enfin, un premier Prix Nobel de Littérature attribué à un collectif ?


Personne n'écrit seul ou à partir de rien.
On peut remonter très loin ainsi, bien au-delà du groupe ou de l'association littéraire : des influences des lectures de jeunesse, en passant par la langue maniée par l'écrivain en elle-même, ou encore les archétypes, qu'ils soient sociétaux ou jungiens.
Cela fait plusieurs années maintenant que cette idée s'est immiscée en mon esprit mais que, malheureusement, la Swedish Academy of Literature ne semble pas encore prête à suivre et à défendre totalement, tant l'écrivain en général et en particulier semble chérir avant tout le culte de sa propre personnalité et de celle de ses confrères.
Mon bon, nous avançons, doucement, doucement, et nous évoluons, encore et toujours...


Les guêpes sont des abeilles en uniforme.



Je pense que je n'ai jamais compris ni que je ne comprendrai jamais tous ces gens qui écrivent pour être célèbres de leur vivant, pour passer à la télé, pour faire fortune, bref pour satisfaire leurs ambitions personnelles.
J'ai déjà plus d'affinités avec ceux qui écrivent en ayant l'espoir tout aussi illusoire et vain que leur nom traverse les siècles, car j'y vois l'étincelle d'une certaine forme de grandeur d'âme.

*
*   *

Écrire est un acte désintéressé, noble et désincarné.


dimanche 7 juillet 2013

LE SERPENT


Tout qui boira à mon venin n'en sortira
Pas indemne il n'est nul antidote connu
Pourtant tous se pressent à mes pieds tels des rats
Et je vous promets que je ne les force pas

La puissance que je leur accorde est de bien
Courte durée une heure un an toute une vie
Parfois pour les chanceux mais au jour de gagner
L'abîme insondable ils se mettent à pleurer

Comme des enfants en voyant qu'ils ont perdu
Leur âme qui sera à jamais de leur corps
Prisonnière et captive et que leurs or et biens

Ne leur seront d'aucun secours que ce soit lors
Du passage ou du grand jugement leurs envies
Et leurs désirs seront leur tourment infini

A cry in the dark







Égypte, ton sang coule en mes veines et dans tes rues.
J'entends tes cris, tes gémissements, et mon cœur se noue face à tant d'incompréhension. Tu m'accueillis à bras ouverts il n'y a pas si longtemps, et voir tes larmes couler ne peut donc m'être indifférent. Je ne connais de toi que quelques visages et monuments, je ne te donnerai donc qu'un seul conseil : qu'ils soient militaires ou radicaux musulmans, laisse-les jouer et prendre le pouvoir s'ils le veulent. Ils finiront bien un jour par se lasser...

Nothing to hide


If you search me, you know where I am...

Osons parler des Juifs !


Mais pas trop tout de même, hein, et surtout en étant toujours bien gentil et poli...
Heureusement qu'on a les arabes, les noirs, les pédés, les handicapés et les troglodytes pour se défouler ! Et m..., on vient de me dire que l'on ne pouvait plus rien dire non plus...

L'homme le plus intelligent de Flandre


Un jour, il est venu, l'homme le plus intelligent de Flandre. Il est passé à la télévision, l'homme le plus intelligent de Flandre. Certains l'ont trouvé si sympathique qu'ils ont même voté pour lui, l'homme le plus intelligent de Flandre. Il a parlé à tout le monde, l'homme le plus intelligent de Flandre, aux Belges, aux Flamands, aux Wallons, aux Bruxellois, au Roi, aux Ministres, aux députés, aux sénateurs, au pape, et même à Dieu. Il s'est alors senti investi d'une mission, l'homme le plus intelligent de Flandre : libérer le pays flamand du joug et de l'oppression sanguinaires dont il est victime depuis tant de siècles.

Bon, je m'arrête là, parce que ce n'est pas si drôle que ça.
Allez, Bart, come on, réveille-toi !

Société phallocrate ?


J'ai vraiment l'art de dénicher des cinglées. Et après, on passe pour un salaud quand on les laisse tomber en ayant fait tout ce que l'on pouvait pour les aider.
Dorénavant, je réclamerai une commission aux psys chez qui je les envoie... Sérieusement, faut arrêter de jouer les victimes, là !

samedi 6 juillet 2013


Nous avons tous le choix de faire du bien ou du mal autour de nous.

ÉNIGMATIQUE


Je suis revenu du monde dont l'on ne revient pas. Je me souviens de leurs danses, de leurs rires et de leurs chants. J'étais parti, oui, c'est vrai, de moi-même, sans demander mon reste. Ils m'ont accueilli comme s'ils m'attendaient depuis toujours. Quand je suis reparti, ils n'ont pas pleuré. J'espère avoir ramené de là-bas un peu de leur force et de leur joie de vivre. Je sais qu'ils m'attendent et qu'ils me protégeront, quoi que je fasse. Je pense que c'est parce qu'ils m'ont reconnu comme un des leurs, c'est la seule explication rationnelle que je puisse trouver au fait que je sois revenu de là-bas, du monde dont l'on ne revient pas.

Signs and Prophecies


Tout le monde est capable de voir les signes, mais bien peu de les interpréter correctement, et encore bien moins de les accepter.

SOCRATE


Je suis de ceux qui sont là pour faire penser, pas pour apporter des réponses.

Comment saper le moral des troupes ?


Tout, en fin de compte et après réflexion, n'est que folie : aimer, danser, boire, espérer, croire, se battre, lutter, jouer, travailler, étudier, écrire, vouloir, errer, se poser, construire, penser, vivre...


Nous sommes tous fous, mais nous n'en avons pas tous conscience.

Qu'est-ce donc que la folie qui habite les poètes que nous connaissons si bien ?


Vouloir écrire, nous l'avons déjà dit, peut être considéré comme une preuve ou une forme de folie. Le sujet qui, certes, en comprend l'intérêt thérapeutique de départ, y trouve là un dérivatif, et le soulagement ou l'agitation qu'il recherche ou attend lorsqu'il écrit ou crée devient pour lui aussi addictif qu'une quelconque drogue ou endorphine. Il se met alors à écrire, à écrire, et à écrire encore, étant le plus souvent persuadé d'être habité par une force surnaturelle ou une entité quelconque, qu'il peut percevoir comme étant bénéfique ou maléfique, peu importe, le conduisant bien souvent à penser qu'il a une mission à remplir ici-bas. Cette obsession le fera la plupart du temps tourner en rond, de mot en mot, de pensée en pensée, de livre en livre, jusques à ce que la mort violente ou volontaire le libère de cette atroce roue d'Ixion dont il entrevoit de temps à autre les flammes, qui le plongent alors dans une angoisse des plus terrifiantes et des plus profondes qu'il soit donné à un être humain de connaître, et qu'il ne peut apaiser qu'en... écrivant.

La solitude absolue


Je me demandais encore hier ce qui faisait que l'histoire retenait le nom d'un tel poète et pas celui d'un autre. Peut-être que ce soir une piste s'est ouverte et concrétisée enfin en mon esprit.
Rilke, Hölderlin, Nietzsche, Zweig, Baudelaire, Rimbaud, Victor Hugo lui-même, ont tous été confrontés à cette solitude absolue et à la folie qui en découle immanquablement, et leurs textes ne devraient en fin de compte pas être destinés à être lus par le commun des mortels, mais uniquement servir de support psychanalytique, car le danger est grand, chers amis, que les plus fragiles et les plus influençables d'entre nous veuillent suivre leurs traces, et, par là, endurer des souffrances bien plus grandes encore que celles que ces pauvres hommes ont endurées, car c'est bien ainsi qu'il faut avoir le courage de les qualifier, avant que de les admirer ou les déifier.
 

vendredi 5 juillet 2013

LE SAGE


Le sage donnait ce soir une conférence
Comme à son habitude il reçut les honneurs
Du public qui chanta sa joie et son immense
Plaisir en l'acclamant face à tant de clameurs

Comme il était heureux le sage de voir tous
Ces gens presque en transe et qui se mettaient debout
Pour lui que les filles ne regardaient pas à
L'école et que les profs trouvaient assez commun

En somme oh oui quelle revanche pour lui un
Grand homme voilà ce qu'il était devenu
De ceux que la foule saluait bien bas

Pourtant il savait que tout était convenu
Et qu'il rentrerait seul vraiment seul ce soir-là
Il pleura lorsque sa mansarde il regagna


I'm a writer.
I change the world !

ATHÉNA


Athéna un jour tu voulus te détacher
De moi tu n'es née ni du sein d'une femme
Ni de celui d'une déesse toute armée
De la tête aux pieds en brandissant l'oriflamme

De la révolte qui gronde tu mis fin à
Mon atroce migraine avec l'aide du vil
Forgeron ô Pallas Athéna aux yeux pers
Jamais aucun guerrier qui foulera la Terre

N'égalera ta force et ta puissance pas
Même Achille Hector et Hercule fussent-ils
Réunis en un seul corps j'ai beau être des

Dieux le roi jamais je n'oserais te défier
Car je connais de ton courroux la puissance et
J'ai vu ce qu'aux Troyens en dix ans tu as fait

APHRODITE


Aphrodite je me souviens de tes seins lourds
Qui entre mes mains se faisaient durs de désir
De ton souffle haletant et de tes yeux si bleus
Que j'avais l'impression de me trouver au cœur

D'un océan d'amour ce n'est qu'au petit jour
Quand la rosée nous perlait au coin des yeux
Que tu disparaissais avec un tel sourire
Qui pour le demi-dieu que j'étais si flatteur

Était en un nuage éclatant de lueur
Je priais nuit et jour attendant ton retour
Bâtissant des mondes des empires des tours

Et des machines pour sonder tout l'Univers
Tout cela je l'ai vu et l'ai fait mais le vert
De ta tunique est pour toujours ma vraie chaleur

jeudi 4 juillet 2013


Nous sommes tous des écrivains, mais nous n'en avons pas tous conscience.


La poésie est un lien plus fort que le sang.


Avouez qu'il faut tout de même du talent pour balancer des vérités qui ne veulent rien dire...

Me suivez-vous toujours ?


Aimer une femme, c'est aimer toutes les femmes, mais aimer toutes les femmes n'a rien à voir avec n'en aimer qu'une.

mercredi 3 juillet 2013


Si tu veux lire de la poésie, au moins lis-en de la bonne !


Je regarde l'autre rive
et je vois une âme
qui chancelle

Elle tourne et tourne
et cette danse
la fait

sombrer

ARTÉMIS


Artémis dans les bois vêtue d'un carquois
Poursuivait un cerf sans savoir que c'était moi
Qui m'étais travesti ainsi elle sourit
Quand elle croisa mon regard et reconnut

Le plus fidèle de ses amants et tendit
Ses lèvres en laissant tomber son carquois nu
À mes pieds farouche vierge avec moi jamais
Tu ne le fus ô que j'aimais quand tu dormais

Dans mes bras tendres et blancs comme de l'albâtre
Caresser tes boucles brunes ou blondes et
Sentir ton cœur battre tout contre ma poitrine

À l'unisson du mien quand je regarde l'âtre
Dans lequel j'ai brûlé tout les mots destinés
À chanter je pleure tes lèvres purpurines

THE PERFECT WARRIOR (Nostalgie)


Ah, qu'il est loin et béni le temps où la carrière des armes et celle des lettres étaient intimement liées.

mardi 2 juillet 2013

LA GARGOUILLE


Une statue de pierre aux ailes immenses
Qui prennent vie quand la lune se fait pleine
Et que la nuit la plus noire s'est abattue
Sur la chaste campagne et la ville et ses rues

Fornicatrices dans lesquelles l'espérance
Du monde se perd dans le néant absolu
Elle s'anime tout en bâillant et clignant
Des yeux rougis par la poussière et la haine

Pousse un cri et c'est d'un pas assez résolu
Qu'elle se lance dans le vide en sanglotant
Qui se souvient encor de ce à quoi avant

Elle ressemblait ? La main du Diable a ruiné
Pétrifié son esprit et son corps décharné
C'est ainsi qu'elle se met en chasse de sang

lundi 1 juillet 2013


Je lui ai demandé de toutes les manières possibles et imaginables de sortir de ma vie.
Elle ne veut rien entendre, et s'attache au souvenir lointain de l'homme qui l'aimait.
Cela en est certes très beau, mais il est temps pour elle de comprendre qu'il s'agit sans doute en fin de compte d'une simple erreur de casting... Et que, putain de nom de Dieu, il y a plus de 7 milliards de partenaires potentiels sur cette planète, valant bien mieux que l'objet de ses phantasmes.


Dieu n'est rien d'autre qu'un écrivain.

Délire assisté


J'adore ça, je vous dis !


Tout le monde n'a-t-il pas le droit de se prendre pour Dieu ?


J'exagère, j'exagère, je sais, mais j'adore ça !


Je vous promets que je ne comprends absolument pas les cinglés qui lisent ces pages...
Il s'agit simplement ici d'un aide mémoire high-tec, et je rappelle qu'un aphorisme, par définition, est avant tout destiné à faire réfléchir, sans pour autant vouloir renfermer une quelconque forme de vérité absolue.

HUMILITÉ


Comment un écrivain pourrait-il rester humble quand il voit le monde et les personnages qu'il a créés prendre forme ?

Total honesty


J'ai confiance en la justice de mon pays et du continent que je chéris,
car les gens malhonnêtes finissent toujours par être punis !

Comment se bâtir une légende dans le domaine littéraire aujourd'hui ?


Tout d'abord, écrivez tout et n'importe quoi, et surtout publiez-le !
Laissez passer quelques années, puis sélectionnez quelques étudiants pas trop dégourdis, et encouragez certains des potes que vous avez gardé à l'Université à les faire travailler sur vos textes, sans trop fréquenter les associations littéraires, car les jeunes aiment les rebelles et les anticonformistes... Vous verrez, certains viendront vite vous trouver, et chanteront vos louanges dans leurs travaux.
Je vous assure qu'il ne suffit de rien de plus !


Tu t'imagines être quelqu'un ou quelque chose, et puis tu passes la frontière, et personne ne te reconnaît...

Les quatrième et cinquième pouvoirs


Amis journalistes, tremblez derrière vos petits écrans !
Votre pouvoir est en train de s'effriter et votre empire de s'effondrer...


Desire me, love me, hate me !

À toi


À toi qui penses
que ces lignes
te sont destinées

Je ne peux
vraiment pas
t'aider...

La course


Je vous regarde courir
et ne peux m'empêcher
d'en rire

Tout en oubliant
combien comme vous
j'ai couru

Pauvre Rimbaud !


Honnêtement, ça ne vous emmerderait pas que des abrutis sans talent viennent continuellement lire des poèmes sur votre tombe ?

Nombre total de pages vues