jeudi 19 décembre 2013

LE PENDU

 
La langue pendante le pendu se balance
À la branche qui le supporte ses yeux grands
Ouverts semblent scruter le doux soleil couchant
Qui donne à la vallée une belle apparence
 
Pensez-vous que la nuit qui doucement s'avance
Va le libérer de ses souffrances chantant
Le Diable s'approche et le détache prenant
Grand soin à récolter sa dernière semence
 
Quelques incantations dans une langue étrange
Et voilà le pendu remis sur pieds phalanges
Dressées et acérées prêt à le servir pour
 
L'éternité voici pourtant que passe un ange
Qui reste insensible à ses mielleuses louanges
Tu as péché et tu erreras pour toujours
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues